La démarche du "couteau qui coupe"

Le travail au couteau est au cœur des métiers de la viande de boucherie, de la viande de volaille et du poisson. Malgré une évolution des process et des outils de production, le couteau reste l’outil de travail le plus répandu.

Pourquoi s’en préoccuper ?

Le travail au couteau est au cœur des métiers de la viande de boucherie, de la viande de volaille et du poisson. Malgré une évolution des process et des outils de production, le couteau reste l’outil de travail le plus répandu.

Pour qu’un couteau assure sa fonction essentielle qui est de couper, il faut l’entretenir et faire en sorte de conserver une bonne qualité de coupe tout au long de la journée de travail.

Que pouvez-vous faire pour éviter ces risques ?

Intégrée à la démarche de prévention des TMS, la démarche du couteau qui coupe se focalise uniquement sur « l’outil ».
Cette démarche doit être conduite en mode « projet » afin d’appréhender le pouvoir de coup dans sa globalité.

Elle se déroule en trois étapes essentielles :

  • La mobilisation :
    • Un engagement de la direction dans la démarche
    • L’adhésion de tous les acteurs de l’entreprise est indispensable. Une sensibilisation de tous (encadrants, salariés, DP, CHSCT, …) est primordiale.
  • Le diagnostic :
    • Etat des lieux qui passe par une étude de la globalité des paramètres influençant le pouvoir de coupe dans l’entreprise
  • La transformation :
    • Des mesures techniques / organisationnelles ou de formation seront planifiées à court, moyen ou long terme.
Les formations « Affûtage et affilage dans la filière viande de boucherie, viande de volaille et poisson »

Le réseau Assurance Maladie – Risques professionnels a mis en œuvre un référencement d’organisme de formation dans ce domaine.

Partager :
  • twitter